jeudi 19 juin 2008

Week end du 14 au 18 Juin 2008, jour 1.

Ce week end, c'est la grande tournée manouche du mois de Juin.

Au programme, de la rouille, des rougnes, des clodos, de la bière, 2500km de road trip, et des wattages (pêle-mêle)

Le prétexte de cette débauche d'inutilité et de gaspillage était le suivant :

Un joyeux compagnon de http://www.forum-anciennes.com et http://www.yaronet.com/forum.php?s=432 donnait une vieille mais néanmoins sympatique Citroën BX Gti affichant l'étonnant kilométrage de 70.000 km (c'est comme si vous trouviez une gonzesse canon encore vierge à 25 ans, toute proportion gardée, bien entendu.) La voiture de mon pote Seb arrivant au bout de sa vie, vaincue par la rouille, la région parisienne et la lassitude, il s'est porté volontaire pour la récupérer.

La voiture, évidemment, est en panne (logique, sinon elle ne serait pas donnée), et elle n'est pas toute proche : A Draguignan, capitale de l'artillerie, cise dans le riant mais lointain département du Var.

Ca fait une trotte de Paris, mais comme on n'est pas des lâches et qu'on ne recule devant rien, on a décidé d'y aller quand même.


Agrandir le plan

La décision a été prise 15 jours avant le départ, mais évidemment le jour dit, (un vendredi soir), à peu près rien n'était organisé, je suis donc arrivé avec des affaires pour quelques jours, une caisse à outils bien remplie, une pompe à essence, du fil, des colliers de serrage, des éléments d'allumage, en bref toute la panoplie "ranimez une BX mal en point". J'avais posé le lundi, le mardi et le mercredi, car je comptais bien prendre quelques jours de vacances dans le sud pour aller voir quelques potes : Didou à aix et Bricofoy à Nice.

Pas mal d'optimisme, car pour réaliser le programme, il fallait encore que la BX à ramener roule correctement afin que je puisse avoir un moyen de locomotion sur place.

Donc rendez vous chez Léo, évidemment Seb n'est pas encore là (normal, c'est pour sa voiture :D) On allume le barbecue jante de Léo en attendant, et on y jette quelques merguez tout en sirotant une Leffe (faut pas non plus se laisser abattre).

Seb arrive finalement dans la R21 diesel Nevada de son père, rouillée comme le cul d'une pute de la rue saint denis, moche comme Roselyne Bachelot le matin avant de se raser.



L'idée de faire 1000 bornes dans ce tas de merde m'incite à piocher une autre Leffe dans le frigo avant d'y charger mon bordel, ce que je fais peu après.

La fine équipe :




Finalement tout est normal, on part à 22h, c'est parti pour une bonne nuit de sommeil réparatrice :enfer:

Seb prends le premier relais, on se traine la bite à travers la RP puis la Bourgogne endormie, jusqu'à Macon. Pas grand-chose à raconter, les grandes lignes droites de la N6 sont chiantes et peu inspirantes.

Je prends le relais à partir de Mâçon, et l'enfer commence. Zone industrielle non stop de Maçon à Lyon, traversée rapide de l'agglomération, et direction Grenoble. Là, ça devient plus intéressant, la route commence à monter, ça devient vite supra-chasse, et un peu gaulois.

La 21, chargée comme une mule et fort peu favorisée par les designers dépressifs du Renault des années 80, se montre d'une tenue de route royale. Les comparaisons ne sont pas trop mon fort, mais je dirai que son chassis se situe entre celui d'une Simca Aronde et celui d'une Rover aux amortisseurs fatigués. Bref, une bonne grosse merde bien nulle et bien poussive.

Ceci dit, tout ce qu'on lui demande c'est de nous transporter (ainsi que notre foutoir) de manière économique et (à peu près) sûre, et elle y a bien réussi.

Léo prend le dernier relais final, et on arrive à Draguignan vers 10h du matin, complètement éclatés. Le paysage de la partie finale est superbe, jugez plutôt :









Là on est réceptionnés par Lolo (le donneur de la BX) et par un gars qu'on connait déjà et qu'on attendait pas là, Serge (un mosellan, en vacances dans le sud).



Serge ne se déplaçant jamais sans deux caisses de bières allemande, on s'en gobe une avant de repartir pour démarrer la BX.



La voiture est dans le parc d'un garage, garée là depuis un an et demie. Elle est couverte de feuilles morte et de poussière, et évidemment, elle ne démarre pas (logique... )



On la pousse sur un parkin à côté, et là on commence les gitaneries. La pompe à essence est grippée, on la change (heureusement que j'en ai apporté une). La voiture démarre, mais tourne de manière catastrophique. On vérifié la présence d'allumage, pas de soucis, puis un démonte les injecteur, et là bingo, ils sont ROUILLES. De l'eau dans le réservoir a probablement été la raison principale de la panne de la voiture, et de la mort de la pompe et des injecteurs. (comme quoi, faut se méfier du carburant de supermarchés... ). On change les 4 injecteurs, on vidange le réservoir et on le re-remplit d'essence propre, mais ça marche toujours pas terrible.

Notez le cubi récupéré dans la poubelle du coin, faute de réservoir suffisamment grand pour receuillir l'essence :D




Après une bonne heure à chercher, on se rend compte que le clampin de garagiste a évidemment échangé l'ordre des fils de bougie, on secoue un peu les neurones qui ont survivent encore dans nos pauvres cerveau, et hop ça démarre.

On rentre sur Draguignan, on fait le plein d'essence, on vidange la caisse (qui donne tout de même des a-coups terribles), et on finit la soirée sur la plage de Frejus en buvant de la Bittburger. (une par personne, on n'est pas non plus totalement irresponsables).



Retour à l'hotel, et là il se passe un truc de malade, un trou dans le continuum espace-temps, la seconde d'après il est 8h30 et je suis en train de prendre mon petit dej'

2 commentaires:

yann a dit…

Hé ben ça démarre fort :W

Jolun a dit…

Je trouve tout de même la description de la Nevada un peu insultante pour cette pauvre caisse qui vous a courageusement supportés!

En tout cas c'est bien écrit et t'as mis des photos qui illustrent bien !