mercredi 15 octobre 2008

Encore une mission réussie pour Canard !


La vie nous réserve tous les jours des petites choses à faire, certaines agréables, d'autre moins : garer la voiture, payer les impôts, aller chercher des choses à l'autre bout de la région, faire la vaisselle...

Je ne sais pas comment vous gérez vos petits défis de tous les jours. J'ai remarqué que les méthodes diffèrent (et les résultats aussi) Certain font des listes et prévoient longtemps à l'avance, d'autres gèrent tout ça en flux tendus, d'autres encore ne font rien du tout et attendent les conséquences de leur inaction pour réagir.

Moi mon truc, c'est un mélange de l'Agence tous risque de James bond et de Canard WC. J'attends d'avoir plein de choses accumulées (le niveau d'alarme qui déclenche la motivation est très haut, chez moi :D ) et tout d'un coup, le gong sonne !

Généralement, c'est toujours un matin, et quasiment toujours quand il fait beau. (le moral compte pour beaucoup). Le réveil sonne à 7 heures comme tous les jours, et au lieu de rester au lit comme une merde, je me décide à me bouger (normalement j'embauche entre 9h30 et 10h, ça me laisse de la marge).

Je choisis une musique ultra secouante (un bon chemical brothers, un live de rock avec des couplets repris par 50.000 personnes, Eminem qui mitraille comme un taré, NTM au sommet de son art, Franz Ferdinand, enfin bref n'importe quoi du moment que ça soit pêchu et que ça motive). Ensuite, j'atrappe sur le bureau un morceau de papier quelconque (généralement une enveloppe de facture EDF ou quelque chose du genre, et une fois que j'ai mis la main sur un stylo qui écrit encore (je suis définitivement stylophage), je jette sur le papier la liste de tout ce qu'il y a à faire. Ca donne un truc comme ça (exemples tous réels)

1) Aller chercher des pièces détachées chez Citroën Vincennes
2) Téléphoner à un resto pour faire un réservation
3) Aller faire une demande de carte de stationnement résidentiel à la succursale de la Mairie de Paris
4) Acheter une PArisCarte (carte de stationnement de la ville de Paris, pour les heureux provinciaux qui ne le sauraient pas)
5) Recharger mon pass navigo (toujours pour les gens ci-dessus, c'est le pass transport sans contact de la RATP)
6) Démonter la sonde Lambda de la fiat uno, garée en pleine rue
7) Faire la vaisselle pour éviter la décapitation et la branlette
8) Trier le linge sale et ranger le linge sale, cf au dessus :D
9) etc...

Bref, rien que des trucs généralement assez banals, mais qui sommés les uns au autres finissent par représenter une masse de travail assez importante.

Une fois la liste faite, je divise en trois catégories : obligatoire, important, et futiles.

Ensuite, je commence par organiser l'emploi du temps pour tout caser en une seule journée (ou je travaille, sinon c'est pas drôle).

Je commence donc par caser ce qui est futile (hé hé), puis ce qui est important, et enfin ce qui est obligatoire.

C'est comme ça que la journée de vendredi dernier a commencé :D
Chrono en poche, top !

Je dépile tout le courrier administratif, je sors tous des enveloppes. Je mets tous les factures d'un côté, toute la pub par terre. Rédaction de quelques chêques, à la chaîne, sortie d'enveloppes, timbrage. Je sors de l'appart, les clés et les papiers de la uno en main. Il est 7h50. Je presse le pas, je m'arrête devant la boulangerie, j'achète un pain aux raisins, je poste mes factures, je vais au box, je démarre la bagnole (qui cale 5 fois de suite, la sonde lambda étant totalement HS). Je me traine jusqu'au périphérique.

Evidemment, c'est totalement bouché. Le moteur ventile tout ce qu'il peut, le poste nasillard égrène les nouvelles et les chroniques matinales. Je me fais insulter par une connasse qui n'a pas réussi à me doubler par la droite. Je lui fais des doigts. Arrivée à Vincennes, lutte pour trouver une place. Traversée de la grande avenue qui coupe Vincennes en deux. Je frôle la mort entre un bus RATP et un motarlouze ennervé. J'arrive au comptoir. Comme d'habitude le matin dans cette concession, il n'y a personne. Mon magasinier préféré (Jean-Pierre) arrive, il est au téléphone, il a l'air aussi bougon que d'habitude, "Bonjour, c'est pour quoi ?"

"Ben c'est pour des durits(tuyaux) HP (haute pression) pour BX. Je les ai commandé il y a déjà plus d'un mois et ça devait arriver le 1er Octobre."
"Ha ouais ? Je vais voir."

Attente pendant 10 minutes. J'entends JP qui discute avec les collègues dans l'escalier qui mène aux stocks. J'ai l'habitude, je reste zen... Au bout de 10 minutes, il revient.
"Y'a pas tout. Il en manque encore un."

Bordel de merde de sa mère la pute qui suce des bites. Ca fait déjà deux fois que je fais porte d'Orléans-Vincennes le matin pour m'entendre dire que ce foutu tuyau (que je commande pour rendre service à un gars, en plus) n'est toujours pas arrivé. Je commence à en avoir marre de la politique des pièces détachées de PSA. Ils ne respectent JAMAIS les délais indiqués. Déjà l'année dernière, j'avais du attendre un temps fou (quasi deux mois) pour avoir une pauvre durite d'air de 8 cm de long. (droite).

Allez hop tant pis, faudra bien faire avec. Gentil, il me donne sa ligne directe pour que la prochaine fois je ne me déplace pas pour rien (je sens qu'il commence à avoir pitié). Je redémarre donc la Uno. Sauf que là problème, il est 8h20 et tout est bouché. J'arrive à la maison à 9h05, je suis déjà virtuellement en retard pour le boulot, et la mission est un échec. Numéro 1 ne tolère pas l'échec :colere:

Course jusqu'au tabac pour acheter une ParisCarte, garage de la voiture (10 minutes pour trouver une bonne place), récupération du courrier (merde, un colis à aller chercher... ), cavalage vers le métro, queue pour renouveller le navigo, et enfin boulot...

A midi, comme j'en ai pas encore fait assez, retour à la maison en métro, vaisselle, lessive, récupération de colis à la poste, kébab, métro, boulot...

J'ai l'impression d'être dans un jeu vidéo, les objectifs se rayent les uns après les autres sur la liste de ce qu'il faut faire pour passer au niveau suivant. J'ai bien conscience de la totale futilité de ces "missions" que tout le monde se tappe en permanence, mais les faire à la chaine dans la frénésie me fait marrer. Ca me les rend plus sympatiques, une fois que j'en ai fini j'ai l'impression d'avoir réalisé quelque chose de beaucoup plus grand et important que ça ne l'est en réalité. Ca suffit à leurrer mon cerveau, et tant mieux :D

Pour terminer, je rajouterai que j'ai fini la journée en faisant les courses après le taf. Inutile de dire que j'ai bien dormi.

Encore tout un tas de missions (de merde) réussies pour Canard WC

2 commentaires:

Jolun a dit…

les faire à la chaine dans la frénésie me fait marrer. Ca me les rend plus sympatiques, une fois que j'en ai fini j'ai l'impression d'avoir réalisé quelque chose de beaucoup plus grand et important que ça ne l'est en réalité
Entièrement d'accord, ya des jours ou tu fais 3 ou 4 missions de ce genre là et t'as l'impression que ta journée a été fichtrement bien remplie, ptet plus que le journée entière de la veille passée sur une seule tache de taf.

veronikg a dit…

Evidemment il manque juste la précision que la chérie rentrait dans la foulée et qu'il fallait que tout soit nickel avant son arrivée ;)
Trop fort ces mecs qui dès qu'ils font qqch ils fanfaronnent genre ils ont déplacé une montagne...
La seule montagne déplacée ici c'est toi avec ta grosse flemme :p