samedi 12 juillet 2008

Galère en BX 16 s, 78ème saison :D



Je le prends désormais avec le sourire tellement c'est habituel.

Ce matin, départ vers la Bretagne !
Confiants, et tous contents à l'idée de cette semaine de vacances à la maison (pendant laquelle nous assisterons au festival des vieilles charrues à Carhaix), on transbahute tout notre bordel (sacs, appareils photos divers, bordel à ramener chez les parents) jusqu'au box ou dort la voiture en semaine.

Pas de soucis, on charge tout ça bien comme il faut, on met un CD dans l'autoradio, on démarre, la voiture monte (rappellez vous des voitures hydrauliques de votre enfance), je vais 15 mètres dans l'allée du parking, et là PAF, ça va pas, un voyant ne veut pas s'éteindre.

Enfer, malheur et damnation. Le foutu voyant de niveau de flotte s'acharne, il renonce à s'éteindre. Bon, je vais pas prendre de risques, je coupe le moteur (pendant ce temps, Marie soupire, déjà résignée, par habitude... )

J'ouvre le capot, je constate avec effroi que le bocal de ldr est effectivement bien vide (bon, il en reste encore, mais plus rien dans le vase d'expansion ou presque). Impossible de localiser la fuite à vue de nez, donc me voilà parti direction le local poubelle ou je rempli un bouteille de flotte du robinet afin de complèter (inutile de mettre du ldr neuf et cher pour qu'il se répande dans le parking... ). Je remplis donc, je démarre, et là 10 minutes d'attente, jusqu'à ce que le calorstat commence à s'ouvrir et dévoile l'horreur : ça fuit autant que ça peu par la durite de sortie de la modine (échangeur thermique huile/eau). L'accès est évidemment ultra chiant (faut tomber le collecteur d'admission, j'en ai pour plusieurs heures de boulot, surtout étant donné le fait qu'il va falloir le faire dans le noir, box inside... ). On rentre dépités à l'appartement, je vérifie la disponibilité de la durite, et évidemment : NFP (ce qui dans le langage PSA signifie "Ne Fournissons Plus). C'est donc la merde, va falloir en trouver une d'occase ou bien en faire refaire une chez un spécialiste (y'en a pas beaucoup, et c'est pas donné).

Ce qui est sur, c'est qu'on ne risque pas d'aller en Bretagne en BX, le moteur aura serré bien avant d'arriver au péage :( Le train ? Ouais ok, super idée, c'est un samedi de grand départ, tout est archi blindé, et quand il reste des places, c'est 120 euros par personne jusqu'à Rennes, sans garantie de places assises...

On se décide donc à rester là, et à partir le lendemain par un Ter jusqu'au Mans, puis un TGV du Mans à Rennes, où mon frangin viendra nous chercher pour nous emmener chez ma grand mère, où est garée la voiture de ma copine (vous suivez ??? :ddr: )

Par acquis de conscience, je cherche quand même cette saloperie de durite dans une casse à Athis Mons et à Massy (avec l'aide de mon pote Fred), mais las... introuvable, comme prévu d'ailleurs.

2 commentaires:

JeanBon a dit…

Un jour tu vas retrouver Marie avec une énorme massue en train de défoncer copieusement la BX :) je pense que c'est le seul moyen pour qu'elle ne soit plus jamais en panne :)

Jolun a dit…

Bien vu jeanbon ^^

En tout cas je vois d'ici la t^te que Marie à du faire !
Avec le pff! de conséquence !